journée conférence et soirée pique nique

Cabinet de consultations  en psychomotricité et psychothérapie

7 rue de l’Avenir 93800 Epinay-sur-Seine                Tel. 01.48.27.26.18 / 06.11.71.22.59

10 mn  depuis la Gare du Nord  (trains de banlieue, départs fréquents).  Arrêt Epinay-Villetaneuse

 

 

Journée conférence

&

Soirée pique-nique

 

Date : 23/06/2012

 

Horaires : CONFERENCE : 10h00-13h00 à 14h30-18h30 / PIQUE-NIQUE         (annulation si temps pluvieux) : 18H30 au petit matin

 

Participation : journée conférence 20 €

 

Depuis trois ans nous proposons des cycles de conférences tout au long de l’année sur le thème Corps & Psyché. Pour clore cette année 2011-2012, le 23/06/2012 la journée sera consacrée à une succession d’interventions de plusieurs cliniciens :

 

 

- 10H00 à 10H30 : Accueil Petit dej’ (thé, café, viennoiseries)

 

- 10H30 à 11H30 : Approche traumatique et psychosomatique des addictions (Alexandre Sinanian) ;

- 11H45 à 12H45 : Traitement des angoisses paranoïdes dans les groupes de thérapie psychocorporelle (Pierre Gaudriault,  Florence Pistre) ;

 

- 13H00 à 14H30 : Pause déjeuner

 

- 14H30 à 15H30 : Intérêt du  packing dans la prise en charge de patients états limite (Claire Jutard) ;

- 15H45 à 16H45 : Le complexe du loup-garou dans l’observation psycho-corporelle du syndrome de douleur chronique (Eve Urban) ;

- 17H00 à 18H00 : Corps en relation - Neurosciences - Neurones miroirs (Sylvie Fontaine)

 

 

PROGRAMME

détaillé des conférences

 

Approche traumatique et psychosomatique des addictions

 

Alexandre Sinanian

Psychologue-Psychothérapeute en cabinet - Paris 15e et 2e Arr.

Psychologue au SAEF (Service d'Action Educative auprès des Familles) - Fondation la vie au grand air.

Superviseur d'équipes professionnelles.

Doctorant au LASI (Laboratoire des Atteintes Somatiques et Identitaires. Université  Paris 10)

 

 

Après un rappel de l'origine et de l'emploi du terme Addiction préféré à celui de toxicomanie

nous verrons en quoi l'addiction peut-être vue comme une solution somato-psychique face à une souffrance psychologique.

Il y a en effet dans le recours aux objets d'addiction et chez les sujets présentant des manifestations psychosomatiques, un fonctionnement opératoire, 

avec comme objectif, "ne pas penser, ne pas ressentir".

Les addictions constitueraient, par l'action corporelle, des modalités de défenses, face à des angoisses issues de traumatismes : le sujet a pu rencontrer une expérience à l'origine d'une émotions intenses dont la charge affective a été impossible à contenir, et qui n'a pu être reconnu comme tel ni élaborée.

 

 

Traitement des angoisses paranoïdes dans les groupes de thérapie psychocorporelle

 

Pierre GAUDRIAULT,

psychologue clinicien

CAP 14, Centre d’Alcoologie, 5 bis rue Maurice Rouvier, 75014 PARIS

Florence PISTRE

psychomotricienne, psychologue clinicienne

Centre de Santé Mentale et de Réadaptation de Paris MGEN, 178 ter rue de Vaugirard, 75015 PARIS

 

 

Les groupes de thérapie psychocorporelle en institution soumettent les patients qui y participent à une triple régression.

La première tient à l’abord corporel. La mise en jeu et la centration sur le corps suscitent une plongée immédiate, profonde et archaïque dans la dépendance.

La seconde est classiquement associée à la situation de groupe qui produit une « souffrance subjective ».

La troisième est liée à la psychopathologie des patients souvent admis dans ce genre de groupe. Leur capacité à régresser touche le registre du traumatisme précoce.

 

Ces régressions intenses peuvent avoir comme conséquence l’émergence d'angoisses paranoïdes massives.

 Après avoir décrit le dispositif tripartite utilisé (phase active et relationnelle, phase allongée et phase de verbalisation), nous allons centrer notre réflexion sur ces angoisses paranoïdes. Celles-ci sont réactivées par la triple régression et constituent un risque d’échec du traitement pour les patients qui n’entrent pas dans le cadre proposé.

Le traitement de ces angoisses s’effectue pour les « survivants » en fonction des paramètres suivants : l’analyse du contre-transfert des thérapeutes, la solidité du groupe et  l’accès au corps imaginaire subjectif chez les participants.

 

A travers diverses vignettes cliniques, nous allons montrer que l’émergence de ces angoisses serait inhérente à ces dispositifs psychocorporels. Elles peuvent être à l’origine de crises difficiles mais salutaires quand elles sont surmontées.

 

Mots clé : groupe psychocorporel, pacte dénégatif, régression, angoisses paranoïdes, contre transfert,

 

 

Interêt du  packing dans la prise en charge de patients états limites

 

Claire Jutard

Psychologue clinicienne, psychomotricienne, service de pédopsychiatrie Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris

 

 

En 1985, D. Anzieu précise que le Moi-peau sert à l’enfant à se représenter lui-même comme Moi « contenant les contenus psychiques » à partir de l’expérience de la surface du corps.

Nous verrons donc comment l’expérience de l’enveloppement proposée à des adolescents dits « états-limites », dans un cadre bien défini,  permet de travailler la question des enveloppes.

Nous aborderons également l’intérêt que présente cette approche « groupale », à la fois pour ces jeunes patients mais aussi pour les soignants de l’institution qui les accueille.

 

 

Le complexe du loup-garou dans l’observation psycho-corporelle du syndrome de douleur chronique

 

Eve URBAN

Psychomotricienne Pitié-Salpêtrière service d’addictologie, service de consultation de la douleur, activité libéral (Paris 13eme)

 

 

La douleur chronique est un phénomène compliqué qui implique l'individu dans toute son organisation psycho corporelle à travers un processus de métamorphose.
Cette implication de la personne dans sa globalité; ce processus de métamorphose ainsi que la dimension émotionnelle de la douleur rendent les choses difficiles à saisir pour le patient tout comme pour le soignant.
Le complexe du loup-garou regroupe plusieurs éléments cliniques caractéristiques des patients douloureux chroniques dans l'optique de formaliser leur vécu psycho corporel.

 

 

Corps en relation - Neurosciences - Neurones miroirs

 

Sylvie Fontaine

Psychologue clinicienne, docteur en neuro-psychologie

Centre Hospitalier de Château-Thierry (02)

 

Quels éclairages les neurosciences peuvent-elles apporter sur la place du corps dans l'intersubjectivité ?

La question sera abordée à partir de la présentation d'un système de neurones spécifiques, appelés neurones miroirs. Ce système, largement étudié depuis le milieu des années 90, a suscité de nombreuses hypothèses dans des champs aussi variés que la psychologie du sport, la perception de la douleur, du toucher ou encore le développement du langage et les capacités d'imitation.

Nous tenterons à partir de cette présentation d'envisager dans quelle mesure ces données peuvent alimenter notre réflexion clinique.

 

 

PIQUE-NIQUE CREATIF

In my garden

Après ces fortifiants intellectuels je vous propose un pique-nique créatif. Soyez artistes. Musiciens à vos instruments, gens du cirque montrez nous vos talents, poètes clamez, chanteurs chantez et danseurs dansez. C’est ainsi qu’une belle théorie s’incarne et prend corps, que le corps se fait chair et que de la chaire une voix s’élève pour professer que le corps n’est pas que dans la tête, que les pieds pensent et que les céphalopodes dansent, que gamberger n’empêche pas de caracoler. Alors au galop !

La fête est ouverte à tous, même si vous ne participez pas à la journée de conférence. Moment de rencontre, de liesse et de détente. Apportez juste de quoi boire ou manger, mais surtout votre talent pour les uns, votre rire et vos applaudissements pour les autres.

 

 

Marc  Guiose

7 rue de l'avenir epinay sur seine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×